Douna Loup, lauréate de la
10ème édition du Prix Ado du théâtre contemporain

Après 1h15 de débat à huit clos, les élèves représentants des 13 classes participantes de la

10ème édition du Prix Ado du théâtre contemporain

réunis ce Jeudi 15 février 2018 à la Maison du théâtre d’Amiens ont décerné le prix à DOUNA LOUP

Mon chien-dieu

(Les Solitaires Intempestifs, 2016)

LA PIÈCE

Mais nous on a fait revenir le chien parmi les vivants, alors c’est l’inverse… Notre Anubis il est peut-être là pour soigner les vivants ? Pour les faire devenir plus vivants, les faire devenir des… des quoi ? On peut pas être des ancêtres en étant vivants alors on peut devenir quoi, ici, grâce à Anubis ?

L’AUTEURE

Douna Loup, écrivaine francophone, est née en 1982 en Suisse puis elle a grandi en France dans la Drôme. En avril 2010, elle publie un premier récit, Mopaya : Récit d’une traversée du Congo à la Suisse, aux éditions L’Harmattan, écrit en collaboration avec Gabriel Nganga Nseka, réfugié du Congo en Suisse.

Son premier roman, L’Embrasure, paraît en septembre 2010, aux éditions du Mercure de France et reçoit de nombreux prix (Prix Senghor du premier roman, Prix Schiller découverte, Prix René Fallet, Prix Michel Dentan).
Sa première pièce de théâtre restée inédite, Et après le soleil se lève, reçoit en 2011 le Prix SSA à l’écriture théâtrale.

En 2012, elle publie son second roman, Les Lignes de ta paume, aux éditions Mercure de France. Puis elle écrit à nouveau pour la scène Ventrosoleil, pièce jeune public créée en 2014 au Théâtre Am Stram Gram de Genève par Joan Mompart de la Compagnie Llum.

L’Oragé, son troisième roman, paraît aux éditions Mercure de France en septembre 2015 et reçoit le Prix du Salon du livre de Genève, le Prix Pittard de l’Andelyn, le Grand Prix du roman Métisse.

En 2016, sa pièce Mon chien-dieu est publiée aux éditions Les Solitaires Intempestifs puis elle est créée par le metteur en scène Joan Mompart à Lausanne et à Genève (avril-mai 2017).

En 2017, elle travaille au texte de Corps pour corps pour la Compagnie Mood RV6K, projet mêlant la danse hip-hop, l’opéra baroque et le théâtre (création décembre 2017).

TÉMOIGNAGES

« Le texte est abordable à tout âge. L’histoire se situe dans un univers de conte avec des éléments merveilleux : une ambiance à la fois réaliste et fantastique. La pièce est légère en apparence mais suscite une réflexion profonde sur la mort et la vie après la mort, et les personnages sont attachants : drôles car naïfs et spontanés.
Nous avons trouvé ce texte original par le sujet qu’il traite et la manière de l’aborder.
Enfin, nous pensons que la mise en scène peut être très créative et ludique à imaginer. »

La classe de 3ème du collège Henri Matisse de Bohain-en-Vermandois, 2018

« Nous avons été sensibles à cette pièce car ce sont deux adolescents, et leurs préoccupations, qui sont au cœur de l’histoire. Il nous a été facile de nous identifier à eux dans leur façon de percevoir le monde, y compris dans l’inaction et l’ennui. C’est leur secret et la force de l’amitié qui les aident à traverser les épreuves. Nous nous sommes sentis proches de Zora et Fadi pour ces raisons. »

Les élèves du collège Abel Lefranc de Lassigny, 2018

« C’est un texte qui est abordable à tout âge. L’histoire se situe dans un univers de conte avec des éléments merveilleux : une ambiance à la fois réaliste et fantastique. Cette pièce est légère en apparence mais suscite une réflexion profonde sur la mort, la vie après la mort. De plus, les personnages attachants : drôles car naïfs et spontanés. Nous avons trouvé ce texte original par le sujet qu’il traite et la manière de l’aborder. Enfin, nous pensons que la mise en scène peut être très créative, ludique à imaginer. »

La classe de 3ème du collège Henri Matisse de Bohain-en-Vermandois, 2018

« J’ai trouvé cette pièce touchante, émouvante et poétique. Les répliques sont courtes, les dialogues rapides, il y a peu de ponctuation ce qui permet une compréhension facile du texte qui peut être joué sans difficulté. »

Amandine Aires Da Silva, 2nde au lycée de la Hotoie d’Amiens, 2018

« On croit que le secret de Fadi et Zora est partagé uniquement entre deux personnes mais en fait il y a une troisième personne, le lecteur, qui rentre réellement dans le groupe d’amis. »

Sacha Daillot, 3ème au collège Abel Lefranc de Lassigny, 2018

« L’intrigue est traversée par le thème de l’amitié qui est si important à notre âge. Comme dans nos vies, elle permet de surmonter les épreuves difficiles. Cette amitié donne un sens à l’existence des personnages. Lorsque Zora confie son enfance et le départ de son père, elle le fait sans violence, elle dépose cette histoire à son ami et cela semble l’apaiser. »

Les élèves du collège Abel Lefranc de Lassigny, 2018

« Les deux enfants sont très sympathiques, toujours émerveillés et assez naïfs. Nous les avons souvent trouvés drôles. Ce qui nous a aussi intéressés est la dimension fantastique avec Anubis qui ressuscite et se met à voler. Il n’y a que les enfants qui peuvent le voir. Et malgré tout la pièce parle d’un sujet grave, la mort, mais d’une autre manière : ça n’est pas vraiment triste même si Fadi perd son grand-père. La fin laisse au lecteur la liberté d’imaginer ce qu’il veut. »

La classe de 3ème du collège Parmentier de Montdidier, 2018

« Le thème du deuil est abordé avec délicatesse et est transformé par l’imagination des adolescents. En effet, nous ne percevons pas ces évènements comme les adultes et la fuite des deux personnages à travers l’hôpital, dans ce passage qui évoque le décès du grand-père, est un pied de nez aux adultes. Les deux jeunes gens revendiquent leur liberté et leur droit de transformer cet évènement tragique en un moment presque poétique. »

Les élèves du collège Abel Lefranc de Lassigny, 2018

« Une histoire contemporaine d’un thème assez tragique (…). Un livre assez court, simple, où l’on peut se mettre à la place des personnages. »

Un élève en 2nde Cap du Lycée professionnel La Forêt de Chantilly, 2018

« J’ai aimé ce livre car les personnages sont des personnes de notre âge qui s’ennuient et je me suis attachée : je me voyais dans l’histoire. »

Un élève de 2nde Cap du Lycée professionnel La Forêt de Chantilly, 2018

« Nous avons été sensibles à la relation entre Fadi et son grand-père. Leur relation est traitée avec pudeur et justesse. Ils ont une belle complicité, ils ont eux aussi leurs secrets. Le grand-père est un guide pour son petit-fils. Cela rappelle à plusieurs d’entre nous la relation que nous pouvons avoir avec ceux que nous aimons. »

Les élèves du collège Abel Lefranc de Lassigny, 2018

« Mon chien-dieu : ce titre m’évoque un chien qui est reconnu de tous. Un chien ayant beaucoup d’importance dans la société. Un chien, plutôt LE chien, CE chien… Le titre est assez vague, assez mystérieux. (…) dans les derniers chapitres (de 11 à 14), les paroles, les phrases, les mots choisi étaient très touchants… »

Noémie Beaugé, 2nde au Lycée Gérard de Nerval de Soissons, 2018
Prix Ado 2018, vote final
Interview de l’auteure
EMPRUNTEZ LA PIECE
PISTES PEDAGOGIQUES
La presse en parle !
Retour à la blibliothèque